« Une vie ne vaut rien,
mais rien ne vaut une vie... »

La formule du poète-chanteur Alain Souchon, est jolie. Intellectuellement elle est jolie, et d'autant plus en tant que parole de chanson. Mais que l'on se garde bien de séparer ses deux séquences.

Une vie ne vaut rien...

     « Une vie ne vaut rien » pris isolément n'a aucun sens. Ou alors on entend un général d'armée spéculant sur ses "pions" comme au jeu d'échecs... Les nuances du poète vont plutôt ans le sens de ce que parmi des milliards de vies une seule vie ne pèse pas lourd dans la balance. C'est vrai qu'elle est bien peu de chose cette vie avec un petit siècle de durée, alors que l'humanité s'intéresse à l'Ère du Verseau qui, elle, doit durer 2160 ans. Fichtre ! Du quantitatif.

... mais rien ne vaut une vie

     Et « rien ne vaut une vie... » devient une lapalissade si l'on écoute le premier quidam venu jetant un regard sur sa propre vie. Oui, mais comment savoir que ma vie vaut plus que tout ? Ai-je un élément de comparaison ? Qui peut s'extraire de la vie pour m'en dire un mot ?

D'un tout autre côté : si l'on y regarde de plus près peut-être qu'une vie est utile à l'ensemble de toutes les vies...? Qu'en est-il lorsqu'une cellule meurt parmi les millions de cellules de ma rétine et que la fonction sensorielle s'en trouve amoindrie ? Alors ? Que vaut cette petite vie?

Les signes

     Je vais transposer à ma façon la formule du poète et considérer que ma vie ne vaut pas plus que les autres vies ; mais par contre que ma vie ne vaut pas grand chose si je ne sais pas écouter les signes qui jalonnent son parcours. Donc si je parviens à comprendre les leçons que me donne ma vie, alors, oui, elle est ce qui m'est le plus cher.

Antennes

     En fait une vie n'est pas un film que l'on contemple en simple spectateur, puisqu'on en est à la fois l'acteur principal, le réalisateur, le caméraman, le scénariste, etc... Oui, responsable de ma vie, je suis ! Patron et employé. Pas si simple ! Il faut se faire aider pour comprendre, et les meilleures aides sont celles que l'on va rencontrer "sur la route". Un livre trouvé dans le train. Une petite phrase entendue dans l'ascenseur. Un compliment que l'on reçoit deux fois dans la journée. La répétition de coïncidences. En fait, il faut tenir ses antennes toujours sorties. Faire de l'écoute une seconde nature, ça s'apprend.

Un numéro de chambre

     J'apporterai l'exemple des nombres qui se répètent, comme une place de train, de théâtre, un numéro de chambre, des jours du mois sensibles à un certain type d'évènement, etc... Depuis un an ou deux je suis amené à observer dans ma vie quotidienne certains nombres qui me font signe ; certains me narguent depuis plus longtemps. Il y en est un qui implique les autres ; c'est le nombre onze, 11 en chiffre arabe, à première vue par sa constitution il évoque une dualité : 1 et 1. Mais avant que d'entamer une démarche d'interprétation, je dois décrire ses différentes apparitions.

 

Verseau

     Depuis quelques années la notion d'Ère du Verseau attise mon penchant pour l'astrologie et comme beaucoup je m'interroge sur le paradigme que peut contenir, dans ses grandes lignes, ce nouvel âge pour l'humanité, à partir de la connaissance du 11ème signe du Zodiaque. Ma compréhension du nombre onze est toujours restée "sur sa faim" face aux définitions données en numérologie comme en arithmosophie. Et tout en entretenant de temps à autres une réflexion évasive au sujet de ce nombre, ce sont, soudain, ses multiples qui me sont apparus lors d'une discussion évoquant la rencontre avec les maîtres professionnels.

Multiples de onze

     Tout d'un coup j'ai réalisé : première rencontre avec le docteur Boris Dolto, directeur de l'école de masso-kinésithérapie en 66 ; première rencontre avec le docteur Alfred Tomatis en 88. Et puis 2011 : rencontre avec le docteur Lilia Duran qui me proposera l'organisation de stages au Mexique. Je pouvais ajouter 1999 et la création de la société la KINÉ-SONIE, qui permettra la mise en route de l'école É.M.M.É. — à noter : deux noms formés chacun d'une dualité —. Et puis, « mais c'est bien sûr », 1944, ma naissance ; sans oublier les dernières adresses : 996 rue de Las Sorbes à Montpellier, puis 166 rue Buffon, non loin, et enfin 2220, quand bien même on atteint un multiple de 111.

Le téléphone était "de mèche" lui aussi : tout d'abord 04 67 54 55 55 pendant 30 ans, puis 06 14 55 66 94. Pour ce dernier cas de figure, il y a autre chose qui aidera au raisonnement d'interprétation : 55 est ce qu'on appelle en arithmosophie la somme théosophique de 10, cela revient à additionner tous les nombres successifs depuis 1 jusqu'à 10 ; quant à 66, c'est la somme théosophique de 11 ! Ainsi pour m'appeler au téléphone sans le savoir on fait appel à la succession 10-11. J'ai l'impression que par toutes ces répétitions "on" me serine quelque chose qu'apparemment j'ai du mal à comprendre...?

Le Petit Poucet

     Ces conjonctures ne sont pas le propre d'une vie particulière ou extraordinaire. Toutes nos vies comportent en elles-mêmes, mais évoquée sous différentes formes, selon divers signes ou charmes, leur propre signification, les petits cailloux blancs placés pour nous aiguiller, par le Petit Poucet de la fable... La répétition de nombres est certainement le mode le plus facile à observer, il suffit de les noter patiemment sur son petit cahier de vie...Rien ne vaut ma vie pour apprendre qui je suis, ou je vais, à quoi je sers ; il me faut l'écouter.

 

(À suivre)

moments d'écoute 3

décembre 19

Christian 1,77 m