Fratersororité
        Le fléau qui frappe l'humanité entière est une condition brutale qui inaugure l'entrée dans l'ère du Verseau de plain pied. Finie la période intermédiaire et interminable de spéculations philosophiques ego-complaisantes. Nous sommes bel et bien dans le Verseau. Il est question d'un fléau universel. Ce qualificatif universel pourrait sembler issu du même radical que Verseau. Peut-être avons nous cru à une entrée dans une ère enfin paradisiaque, à grand renfort de trompettes...!? En toute circonstance imprévisible nous avons à écouter, apprendre et comprendre ce que dictent les lois cosmiques. Désolé pour ceux qui croyaient qu'on pourrait se passer de lois...
En observant la situation de nos sociétés face à ce fléau, je constate que la politique et l'économie ne sont plus les forces dirigeantes, ce sont les professionnels de santé qui portent le pays à bras le corps. Un signe du Verseau : ce sont les gens qui s'occupent de la vie des autres qui ont pris la situation en main, professions fondées sur le principe de l'altruisme : la fratersororité.


Agir
        Si nous comprenons la part de symbole qui entre dans la définition de la problématique, alors nous détenons en puissance la solution sur le plan psycho-spirituel de cette problématique, car le symbole est une manifestation de la loi cosmique des opposés-complémentaires ; soit l'interaction positif/négatif : si on connaît le négatif on en déduit le positif. À partir de là nous pouvons agir. En tant que thérapeute psycho-corporel développant l'écoute transpersonnelle, je proposerai un mode d'action psycho-énergétique.

Anahata
        D'abord cibler le point critique, le siège de l'agression au niveau du corps. « Le corps ne ment pas ». Les médias ont lourdement insisté sur le terme coronavirus pour dénoncer l'ennemi public numéro 1. Un virus à couronne, "le roi des virus", donc le plus fort, donc le plus virulent, donc le plus dangereux... Puis les médias ont rectifié, précisant que dans la famille des coronavirus il s'agit du covid-19.  On se sent tout de suite mieux...?? Cette entité attaque les poumons, au cœur de la poitrine pourrait-on dire. C'est le centre psycho-énergétique cardiaque qui est concerné — Anahata en terme de chakras — en lien avec la glande endocrine du thymus et le plexus cardiaque. Je ne vais pas aborder un cours de physiologie, mais simplement prendre quelques repères structurels et énergétiques afin de pouvoir ensuite décrire un mode d'action. En résumé, le centre psycho-énergétique cardiaque concerne notre vie de communication avec l'autre, les autres, la personne, le groupe, la nature, l'être. Il est le siège de l'amour altruiste à distinguer de l'amour egocentré du centre solaire. Communiquer et communier sont le même mot ici.

Calumet de la paix
        Or nous vivons une révolution technologique totale des moyens de communication. Nous communiquons beaucoup plus facilement, beaucoup plus souvent, mais peut-être que nous oublions le facteur qualité de cette communication qui finalement n'est pas directe mais par micros, claviers, écrans, interposés ; et qui dit écran dit serveur internet, organismes de surveillance, interceptions, etc. Nous communiquons davantage mais de plus en plus à distance et, proportionnellement, plus assez en proximité empathique. En d'autres temps nous ne pourrions pas fumer ensemble le calumet de la paix...

Thym-Thymus
        La glande du thymus a un rôle important dans le processus d'immunité, elle est très active dans l'enfance, et nettement moins chez les séniors — tiens, tiens ! —. Certains spécialistes disent qu'elle différencie "ce qui fait partie de moi et ce qui n'en fait pas partie", dont les agents pathogènes. Il est intéressant de s'interroger sur les rapports du thymus avec l'empathie : sentir ce qui est moi et ce qui est l'autre, ce qui est nous, en phase... Nous communiquons bien moins dans l'aura l'un de l'autre, et ça nous manque. Parce que c'est par la communication directe que nous apprenons d'abord à échanger, pour ensuite élargir cette symbiose jusqu'au groupe, puis jusqu'à l'humanité. Cette humanité qui se sent menacée aujourd'hui. Immunité humanité, la langue française aime bien les paronymes, les mots à consonance proche, massage et message, et tant d'autres. Et puis l'on note que le thym, la plante bien connue de nos garrigues, est un sérieux désinfectant pour notre corps en tisane, en huile essentielle, il a la caractéristique d'un anti-viral. Thym-thymus, cousin-cousine ; les mots et l'inconscient collectif...

Je ne communie plus
        Absence de cohérence entre le psycho et le corporel : on se définit mentalement comme communiquant, mais notre corps n'entre pas dans la séquence d'échange énergétique avec l'autre, puis avec les autres. Il y a surtout profusion de transfert d'informations, sur le plan intellectuel donc. L'humain n'est pas concerné dans sa globalité physique-énergétique-psychique ; or cette globalité consciente est une étape dans l'évolution de l'être humain caractéristique de l'ère du Verseau. Un seuil d'équilibre a été franchi : la relation intellectuelle seule a dépassé la relation à vocation purement humaine. Alfred A. Tomatis développait cette thèse dans les années 70 . Autrement dit, je communique cent fois plus qu'avant par téléphone et par écran, mais pas autant en présence de l'interlocuteur. Il y a un trop grand décalage : j'ai l'idée de communiquer, mais en fait je joue à véhiculer de l'information, je ne communie plus, et pourtant je crois le faire, énergétiquement il n'y a pas correspondance. Je crois le faire mais je ne le fais pas : déhiscence, je trompe la conscience, le corps est lâché. Déséquilibre corps-esprit. « Science sans conscience n'est que ruine de l'âme. »

Action
        Pour agir je propose de prendre conscience du centre cardiaque, du thymus et des poumons dans le but de communier psycho-énergétiquement avec le genre humain.
— Se procurer une image de la glande du thymus avec les organes voisins et la maintenir à portée pour bien s'en imprégner au début.

— Focaliser la conscience corporelle sur la région concernée en s'enduisant le centre de la poitrine, à mi-hauteur du sternum, entre les deux seins, d'huile de massage composée de 1 volume d'huile essentielle de Thym à Thymol pour 20 volumes d'huile d'amande douce ; soit un mélange à 5% (adultes seulement et mélanger soigneusement). Manœuvres circulaires dans le sens des aiguilles d'une montre (sens du vortex) ; faire pénétrer. Pour une préparation ponctuelle mélanger dans une coupelle 1 goutte d'HE de Thym à Thymol avec 20 gouttes d'huile d'amande douce.

— Assis, colonne verticale, bassin en posture d'écoute, main gauche contre le sternum, les yeux plutôt fermés :
        1) main droite sur la gauche ; inspirer par le nez 5 secondes, bloquer (apnée) 5 secondes ;
je visualise l'énergie cosmique d'amour-sagesse imprégnant mon thymus ;
        2) détacher la main droite de la gauche la paume dirigée vers l'avant, exhaler par la bouche 5 secondes, apnée 5 secondes ; prononcer le son vocal A  (sur le do central, je dois sentir les vibrations au centre de la poitrine) bien tirer les commissures des lèvres en arrière. Je visualise mon aura rayonner loin vers l'avant , enveloppant une ou plusieurs personnes de mon choix, puis une représentation du globe terrestre.  
— Replacer la main droite sur la gauche et recommencer.
Bien concentré-e, faire 3 fois au minimum.
La durée des séquences peut être modifiée, mais qu'elles restent, toutes les 4, égales entre elles. Cette pratique doit être bien rodée, il faut d'abord s'entraîner à maîtriser tous les détails. Pratiquer une fois par jour au moment où l'on est à jeun (avant le repas).

— Il est intéressant de se mettre en condition en procédant à des inhalations de l'huile essentielle de Thym à Thymol, 3 gouttes sur un mouchoir — sans toucher la peau — une narine ouverte l'autre fermée avec un doigt : inspirer amplement 3 secondes et tenir une apnée d'au moins 5 secondes. Changer de narine. Trois fois minimum.
À la fin de la pratique se livrer à un temps d'écoute profonde du silence.


moments 7
27 mars 20